Eric D'Hulst

To Be or not to be

My New exibition for 2020 Hamlet n’a jamais été face à un dilemme, qui opposerait la vie à la mort, comme sa tête à un crâne. Sa question n’est pas : « à quoi bon vivre ? » ou «pourquoi ne pas mourir ? », parce qu’elle n’a jamais été binaire. Au lieu de nous enfermer dans un dilemme, Hamlet nous libère Au départ, sa question est celle de tous les révoltes : vaut-il mieux mourir debout, ou vivre à genoux ? : Vivre sans exister, c’est souffrir, Exister sans vivre, c’est se révolter, et êtr1 My New exibition for 2020

Hamlet n’a jamais été face à un dilemme, qui opposerait la vie à la mort, comme sa tête à un crâne. Sa question n’est pas : « à quoi bon vivre ? » ou «pourquoi ne pas mourir ? », parce qu’elle n’a jamais été binaire.
Au lieu de nous enfermer dans un dilemme, Hamlet nous libère
Au départ, sa question est celle de tous les révoltes : vaut-il mieux mourir debout, ou vivre à genoux ? : Vivre sans exister, c’est souffrir,
Exister sans vivre, c’est se révolter, et être tué.
Etre mort sans exister, c’est le suicide
Quant à la vie existante,
c’est l’art, la création, ici la peinture comme seul facteur de vérité et de joie.
l’art à travers la révolte!

L'Art comme libération de la revolte .Changeant momentanément les conditions sociales et matérielles, renversant les règles et les lois, l'Art peut s’interpréter comme un point clef de la libération de la revolte .


Je choisis l'Art pour y glaner la revote


Créé avec Artmajeur